En ce moment
 

Victime de Quesada, Aurore témoigne: "Il a joué sur le fait que je n’ai pas confiance en moi" (vidéo)

Aurore témoigne sur les méthodes de Christian Quesada pour entrer en contact avec de possibles victimes. Originaire de Suisse, elle était mineure lorsque le champion des 12 coups de midi est entré en contact avec elle sur le réseau social Twitter. L’homme lui a envoyé une photo de son sexe et lui a proposé d’avoir une relation sexuelle avec lui.

"J’ai envoyé un tweet à propos de lui pour dire que j’étais déçue qu’il soit éliminé des 12 coups de midi", explique Aurore pour raconter comment Christian Quesada a fait pour entrer en contact avec elle. "Il s’est abonné à moi et il est venu me parler en message privé. Ensuite, il m'a fait le coup de la plaque de verglas, comme il l'a fait à d'autres".

"C'est toujours la même chose, toujours l’histoire du verglas"

"Il vous a dit qu’il avait glissé sur une plaque de verglas, qu’il s’était ouvert le front et tordu le zizi et il vous a envoyé des photos", détaille Cyril Hanouna. "C’est fou, on croirait que c’est une blague, mais ça n’en est pas une".

"Plusieurs personnes sont venues me dire qu’elles avaient aussi eu affaire à lui. C’était toujours la même chose, toujours l’histoire du verglas", confirme la jeune fille. "J’étais choquée sur le coup j’ai supprimé la photo parce que je n’avais pas envie de revoir ça plusieurs fois. J’en ai parlé à mes parents il n’y a pas très longtemps. J’en ai parlé à très peu de personnes, juste à des amies proches".

"Il m’a envoyé une photo de son front puis de son sexe. Je lui ai dit 'la deuxième photo n’était pas nécessaire', il m’a répondu "désolé, je pensais que tu voulais voir les deux".

"Il voulait qu’on fasse une sorte d’action vérité par message"

Christian Quesada a aussi demandé à Aurore des photos d’elle dénudée. "Il voulait qu’on fasse une sorte d’action vérité par message. Il voulait que j’envoie des photos de mes pieds, de mon nombril… J’ai refusé, mais c’était comme ça qu’il procédait."

"Après, je pense qu’il a joué sur le fait que je n’ai pas vraiment confiance en moi. Il a beaucoup appuyé sur ça. Il m’a dit qu’il l’avait fait avec une autre fille, que ça lui avait donné confiance en elle, il m’a dit 'ça pourra sûrement faire pareil avec toi'."

"C’est vraiment un prédateur", dit un chroniqueur. "Les adolescentes sont souvent un peu complexées par leur corps et les pervers s’en servent souvent pour leur dire 'tu es très jolie'".

Pourquoi Aurore n'a-t-elle rien dit avant aujourd'hui?

"On a peur qu’on ne nous croie pas, il y a de ça. Puis j’étais gênée. Aujourd’hui je me suis dit que c’était bien de témoigner, c’est de la prévention, pour éviter que cela se reproduise".

Vos commentaires