En ce moment
 

Un policier a arrêté Christian Quesada, il témoigne: "Il se positionnait sous un tunnel où passaient des élèves" (vidéo)

Un policier toujours en fonction a décidé de témoigner. Il faisait partie de la brigade qui a arrêté Christian Quesada au début des années 2000 pour des faits d’exhibition sexuelle devant un établissement scolaire. C’est à cette période que le futur champion de 12 coups de midi s'est fait connaître pour la première fois des services de police.

L’interpellation, suivie d’un jugement, mènera à une première condamnation de Christian Quesada et à deux ans de prison avec sursis. Les faits se sont déroulés dans les Hauts-de-Seine en France.

Signalé plusieurs fois par des parents de mineurs

"A l’époque, on l'a arrêté pour des exhibitions sexuelles sur mineur à la sortie d’un lycée-collège. On a signalé la présence de ce monsieur qui venait plusieurs fois. A l’époque, on a eu un bon nombre de plaintes de parents de lycéens et de collégiens. On avait un signalement bien précis, un lieu bien précis également, ainsi qu’un horaire. On avait reçu pour instruction d’augmenter nos patrouilles, nos surveillances aux abords de ce lycée pour repérer cet individu".

"Vous avez donc reçu plusieurs plaintes et a priori, Christian Quesada se masturbait devant des mineures à la sortie de l’établissement", demande Cyril Hanouna.

"Oui, c’est un lycée et collège qui était en bordure du RER. Certains des élèves passaient par un tunnel qui passait sous les rails du RER pour rejoindre un parc et le centre-ville. Il se positionnait à cet endroit-là".

"Comment vous l’avez interpellé?", demande Cyril Hanouna.

"On l’a pris en filature pour essayer de voir s’il habitait dans le secteur"

"C’est simple, on avait un signalement très précis vu le nombre de plaintes qu’on avait reçues. On avait accentué nos patrouilles dans le secteur. Un après-midi en fin de journée, on a repéré cet individu. On l’a pris en filature pour essayer de voir s’il habitait dans le secteur, s’il avait un véhicule à proximité. On l’a interpellé à ce moment-là".

Avait-il reconnu les faits? Demande Gilles Verdez. "Il me semble que au moment des faits, il était inconnu des services de police. Mais suite à son interpellation il a été remis à l’officier de police judiciaire, qui lui a continué l’enquête, l’a auditionné, etc. Il a certainement convoqué les victimes".

Vos commentaires