En ce moment
 

Matthieu Delormeau craque et fond EN LARMES dans TPMP: "Je me dis que je vais arrêter la télé un petit moment" (vidéo)

  • Matthieu Delormeau craque et fond EN LARMES dans TPMP: "Je me dis que je vais arrêter la télé un petit moment"

  • Le plateau de TPMP sous le choc: Matthieu Delormeau montre son sexe à une chroniqueuse

  • Grosse boulette en direct: un célèbre chroniqueur s’est fait largué

 

Hier soir dans Touche pas à Mon Poste, Cyril Hanouna et ses chroniqueurs débattaient sur le bien-fondé de la diffusion d'une agression homophobe en télévision, après un reportage d'Envoyé Spécial sur France 2.

Matthieu Delormeau, visiblement très touché, a pris la parole. "Moi, je suis très ému par ces images. Moi, ça m’est arrivé il y a deux jours à Châtelet. Ils m’ont suivi à deux en me traitant de 'pédé, pédé'. Quand quelqu’un marche derrière vous comme ça, vous vous dites juste ‘comment ca va se terminer ?’ Là, ils ont fini par partir", a-t-il raconté avant de poursuivre avec une révélation. 


"Je pensais pas qu’un jour, du matin au soir, j’aurais une arme à la ceinture"

"Ce que je vais dire, c’est totalement interdit… Vous l’enlèverez si vous voulez", dit-il en ne sachant plus contenir ses larmes. "Depuis quelques temps, je vis avec une arme sur moi, tout le temps. Je pensais pas qu’un jour, du matin au soir, j’aurais une arme à la ceinture comme un flic ou comme un délinquant."


"Je ne pensais pas un jour vivre dans ce monde"

Vous avez peur? Vous vous sentez menacé?

"Tout le temps. Les deux gars dont je parlais, qu’est-ce que je peux faire? Je prends aussi des cours de self-défense. Ça arrive partout, tout le temps, dans des voitures Uber, en rue... c’est compliqué. Je ne pensais pas un jour vivre dans ce monde. Parfois, je me dis que je vais arrêter la télé un petit moment pour prendre un petit peu de recul avec tout ça, parce que c’est très compliqué en ce moment. Maintenant quand on me demande l’heure, je mets ma main dans ma poche pour toucher l’arme."

Cyril Hanouna, touché par son témoignage, remet néanmoins en cause l'idée de porter une arme. "Ce n’est pas la solution, je comprends votre souffrance mais tous les jeunes qui vous regardent, c’est pas une solution de se promener avec une arme, je pense que c’est une vraie connerie", dit-il. "Continue à faire ce que tu fais, à vivre ta passion, parce qu’arrêter, ce serait une grosse erreur, ce serait leur donner raison."

Vos commentaires