En ce moment
 

Emeline s'exprime dans TPMP sur l'affaire Quesada: "Il y a peut-être des victimes qui n'osent pas parler" (vidéos)

Emeline s'exprime dans TPMP sur l'affaire Quesada:
©TPMP

L'ancienne candidate des 12 Coups de Midi, qui a affronté l'ancien champion de l'émission, a livré son témoignage lundi soir dans TPMP.

Emeline a bien connu Christian Quesada puisqu'elle l'a même affronté sur le plateau des 12 Coups de midi. Elle avait plutôt de l'admiration pour son parcours dans l'émission, jusqu'à ce qu'elle reçoive des messages douteux.

"En janvier 2018, premier message. (...) Il me dit 'Moi je ne me suis pas loupé. J'ai glissé (...) et je me suis tordu le zizi'", raconte-t-elle dans Touche pas à mon Poste. S'en suivent 3 photos de son sexe. Mal à l'aise, Emeline coupera toute communication avec Christian Quesada ce jour-là, qui est ensuite revenu vers elle comme si de rien était.

Au moment des faits, on ignore encore les présomptions qui pèsent aujourd'hui sur le candidat au jeu télé, mis en examen pour détention et diffusion d'images pédo-pornographiques depuis le 27 mars dernier.

Emeline pense alors que Christian Quesada n'était pas l'auteur de ces messages : "Peu de temps avant, il avait dit que son Facebook s'était fait pirater et que ce n'était pas lui qui demandait des photos de jeunes filles seins nus (...) Du coup, j'ai eu un petit doute", raconte-t-elle.

Par le passé, il n'avait jamais eu de geste déplacé envers elle et la jeune femme de 26 ans a hésité porter plainte. Ce qu'elle va vraisemblablement faire, sur les conseils des chroniqueurs de TPMP.

En venant témoigner sur ce plateau, Emeline a surtout voulu faire passer le message de se méfier de l'eau qui dort… "Je l'ai dit à personne dans ma famille. Là il y a des gens qui vont le découvrir ce soir, qui ne savent pas que je suis à la télévision. C'est difficile à porter ; je me suis pris beaucoup de messages de gens qui pensent que je fais ça pour du buzz, de l'argent" a-t-elle expliqué.

Aujourd'hui, elle est très choquée par toute cette affaire et par ce qui aurait pu lui arriver : "Ce n'est pas du tout la personne que je pensais être (...) Je pense qu'il est passé à l'acte (...) Il m'a même proposé de venir chez lui (...) Il y a peut-être des victimes qui n'osent pas parler", a-t-elle enfin déclaré.

Vos commentaires