En ce moment
 

Quel genre de père est Jamel Debbouze? "Je suis plus jeune que mes enfants!" (vidéo)

Quel genre de père est Jamel Debbouze?
© RTL INFO

Après 6 ans d’absence, Jamel est de retour sur scène, son terrain de jeu favori. Il présentera son nouveau spectacle "Maintenant ou Jamel" à Forest National le 12 octobre prochain. Invité sur le plateau du RTL INFO 13 heures, il se confie sur sa paternité.

Marié depuis 2008 à la journaliste Melissa Theuriau avec qui il a deux enfants, Léon Ali, 10 ans, et Lila, 7 ans, Jamel Debbouze, 43 ans, revient au stand-up avec un regard enrichi par sa vie personnelle, partageant les joies de la paternité, avec la transmission en toile de fond, mais donnant aussi son avis sur l'actualité.

"Je suis papa depuis pas si longtemps. j'ai toujours eu le sens des irresponsabilités, il a fallu que je me rende à l'évidence qu'il fallait transmettre. À partir de là, il a fallu que je me pose des questions. J'ai trouvé que la transmission était un sujet très riche", justifie-t-il.

La naissance de ses enfants a été une source d'inspiration pour l'humoriste, devenu quelque peu un "papa gaga". "Je ne savais pas que j'avais autant d'amour à l'intérieur", confie-t-il. Quel père est-il au quotidien? "Un père classe, funky et désinvolte", assure le comédien. "Je suis plus jeune qu'eux. Heureusement qu'il y a leur maman pour nous recentrer car si ça ne tenait qu'à moi, on se nourrissait pas et on dormirait très peu", plaisante-t-il.


"J'aime découvrir des gens, ça m'inspire"

À la tête du Jamel Comedy Club, café-théâtre parisien de stand-up, l'humoriste franco-marocain a révélé depuis 2008 de nombreux talents dont Thomas N'Gijol, Fabrice Eboué et Nawell Madani. Depuis 2011, il dirige aussi le Marrakech du rire, festival d'humour. Il se confie sur l'une des valeurs qui lui tient le plus à cœur, à savoir: le partage.

"Transmettre le flambeau à travers le Jamel Comedy Club ça me passionne. J'aime découvrir des gens, ça m'inspire. Leur énergie me fait du bien. Ça nous coûte pas grand chose de passer le relais et mettre la lumière sur des gens qui nous semblent intéressants. Je salue le travail des associations qui sont sur le terrain et qui œuvrent matin et soir pour qu'on vive mieux les uns avec les autres. Ce n'est pas mon travail. On est là de temps en temps pour en soutenir quelques unes qui nous semblent intéressantes et utiles", souligne-t-il. 

Vos commentaires