En ce moment
 

Laeticia Hallyday va se battre pour défendre l'album posthume de Johnny: "C'est une lionne, elle a beaucoup de courage"

C'est le disque le plus attendu de l'année en France: "Mon pays c'est l'amour", le 51e album studio de Johnny Hallyday, disparu le 5 décembre des suites d'un cancer, sortira le 19 octobre chez Warner.

Ce disque, à l'enjeu commercial colossal, "Mon pays c'est l'amour" a été pendant quelque mois suspendu à une décision de justice concernant sa distribution. Il a en effet fait l'objet d'un différend entre la veuve de Johnny, Laeticia Hallyday, et ses deux enfants aînés David Hallyday et Laura Smet, au coeur d'une bataille juridique concernant l'héritage de la star.

Ces derniers s'estiment déshérités par le testament de leur père, rédigé en 2014 sous l'empire du droit américain et une première audience est prévue le 22 novembre en France pour débattre de la compétence du tribunal. 


"A Saint-Barth, elle a retrouvé le sourire"

De son côté, Laeticia Hallyday entend bel et bien défendre ce nouvel album, le dernier projet de son époux, comme l'explique Jean-Claude Camus au micro d'Amélie Schildt pour RTL Info. "A Saint-Barth, elle a retrouvé le sourire, ce qui ne l'empêchait pas d'aller tous les soirs ou toutes les nuits sur la tombe de Johnny mais elle a repris des forces. Je pense qu'elle va venir défendre l'album début octobre", explique-t-il. 

Selon Jean-Claude Camus, la mère de Jade et Joy ne craint pas son retour en France. "C'est une lionne. Elle a beaucoup de courage, elle va venir parler de l'album de son mari dont elle s'est vraiment beaucoup occupée", affirme l'ancien producteur du taulier.


"Mon pays c'est l'amour"

L'"Idole des jeunes" avait enregistré son opus entre mars et septembre 2017 alors qu'il suivait depuis octobre 2016 un traitement contre la maladie qui a fini par le terrasser le 5 décembre, à l'âge de 74 ans, à son domicile de Marnes-la-Coquette.

Sur la pochette du disque dévoilée par la maison de disque, on peut lire "Mon pays c'est l'amour". Une pochette qui consiste en une photo en noir et blanc granulé, signée Dimitri Coste, montrant Johnny debout, en t-shirt blanc, une main sur la hanche, qui regarde au loin derrière l'objectif dans une rue déserte.

En attendant, le tribunal de grande instance de Nanterre, que Laura et David ont saisi en référé le 13 avril, leur a refusé le droit de regard qu'ils réclamaient sur ce disque, ouvrant définitivement la voie à sa commercialisation par Warner. Ce sera donc le 19 octobre, jour... de la Sainte Laura.

Vos commentaires