En ce moment
 

"Il se trouve dans un quartier spécifique": quelles sont les conditions de détention de Booba?

Coup de semonce dans le rap français: la star Booba et son rival Kaaris, poursuivis pour leur implication dans une bagarre générale à l'aéroport d'Orly, ont été écroués dans la nuit de vendredi à samedi dans l'attente de leur procès, qui a été renvoyé au 6 septembre.

Après deux nuits en garde à vue, Booba, 41 ans, et son ex-poulain Kaaris, 38 ans, sont retournés derrière les barreaux avec les membres de leur garde rapprochée soupçonnés d'avoir participé à la rixe qui a éclaté mercredi dans un des halls d'Orly. Ils risquent jusqu'à 7 ans de prison.

Afin d'éviter tout incident, les deux frères ennemis du rap français et leurs proches ont été écroués dans des prisons séparées: Kaaris à Fresnes (Val-de-Marne) et Booba à Fleury-Mérogis (Essonne).

Tous deux sont seuls dans leur cellule comme pendant leur temps de promenade, selon cette source. "C'est une mesure qui est prise pour les protéger", a-t-elle expliqué.

Selon des informations communiquées par BFMTV, Booba se trouve à Fleury-Mérogis, dans "une cellule isolée". "C'est un quartier spécifique où il se trouve seul en cellule, où il est géré par une équipe spécialisée comme l'ensemble des détenus de cet étage. Il aura un contact avec les autres détenus de l'étage sans difficulté, il aura les mêmes droits que les autres détenus, il aura accès à une salle de sport, il ira en promenade, il pourra participer aux activités", a indiqué Alexandre Caby, délégué UFAP-UNSA Justice de la prison de Fleury-Mérogis.


"Pas de 'surveillants Booba'"

Selon ce représentant, le rappeur bénéficie donc des mêmes droits que les autres détenus. "On n'a pas de 'surveillants Booba'" qui ne s'occuperaient que de lui, a-t-il précisé à BFM TV. 

Les rappeurs, qui à l'origine s'affrontaient plutôt lors de joutes verbales, ont trouvé ces dernières années sur les réseaux sociaux un nouveau terrain de jeu pour se "clasher". Mais cela va parfois plus loin.

Booba s'était déjà battu en 2013 avec le rappeur La Fouine, à Miami. Un autre de ses rivaux, Rohff, a lui été condamné à cinq ans de prison pour avoir, en 2014, violemment agressé un vendeur distribuant la marque de vêtements de Booba à Paris.


Un coup de communication?

Ces heurts s'inscrivent également parfois dans une stratégie de communication bien connue dans le "rap game" où les rivalités, réelles ou fictives, sont savamment entretenues.

Selon une source policière, les enquêteurs n'excluaient d'ailleurs pas que la rixe de mercredi, malgré sa violence, ait pu être un "coup de communication" monté par un des clans. "Le fait de se retrouver dans un lieu neutre, public, sans armes, où l'on sait que si on se confronte ça ne fera pas trop de dégâts (...), ça pourrait ne pas être le hasard", avait suggéré cette source.

Vos commentaires