En ce moment
 

Amitié, compétition, projets futurs… Le grand gagnant du Meilleur Pâtissier se confie (vidéo)

Amitié, compétition, projets futurs… Le grand gagnant du Meilleur Pâtissier se confie

Depuis ce lundi soir, le grand gagnant de cette 7e saison du Meilleur Pâtissier est connu. Nous l'avons rencontré pour un petit entretien "à chaud".

C'est fait, Ludovic a remporté la 7e saison du meilleur Pâtissier après 3 épreuves très serrées face à Charles et Valériane. Il nous a accordé une interview dans laquelle il se confie sur son amitié avec les 3 finalistes, spécialement avec notre Belge, Valériane. Il a aussi évoqué ses projets futurs : va-t-il arrêter l'enseignement ?


Entre les 3 finalistes, l'entente semblait vraiment très bonne. C'était le cas ? 

"J'étais vraiment très très content de faire cette finale avec Charles et Valériane, qui sont de bons pâtissiers et qui sont en plus de bons copains. On a quand même partagé 10 semaines d'épreuves donc  évidemment que cela crée des liens. Quand on est arrivés sous la tente pour les 3 dernières épreuves de cette finale, on s'est tous dit : on a tout gagné parce qu'on est arrivé au bout du concours. On va réaliser les 30 gâteaux de cette saison et du coup, on aura montré tout ce dont on était capables. Après, que le meilleur gagne, mais il n'y a pas cette frustration d'être partis avant. Du coup, étonnement, on était moins stressés que pour les épreuves d'avant. Il n'y a plus le stress de l'élimination. Du coup, c'est quelque chose d'apaisant quand même. On était ravis de partager ça, même si il manquait quand même les copains du début".


On vous a vu assez proche de notre candidate belge, Valériane, c'est une amie ? 

"On a partagé tellement de choses sous la tente ! Des moments où, pour reprendre son expression, on sort des bouses. Moi ça m'est arrivé, elle aussi. C'est des moments de désespoir, mais aussi des fous rires inoubliables. Et puis, Valériane, on l'a un petit peu chouchoutée parce que c'était la dernière femme du concours. Je me suis vraiment lié d'amitié avec elle : c'est ma grande sœur de cœur. Ce qui a fait aussi qu'on a un lien particulier, c'est qu'on est tous les deux dans l'enseignement et ça créé implicitement une sorte de proximité, parce qu'on se reconnait dans des valeurs de transmission et d'échange. Ça ne veut pas dire que les autres ne les ont pas mais chez nous, c'est plus qu'évident puisqu'on le porte de par notre métier".


Justement, quels sont vos projets futurs ? Allez-vous rester dans l'enseignement ?

"J'y réfléchis, je ne suis pas vraiment sûr d'avoir envie de rester dans l'enseignement à 100%. Après, c'est quand même un métier qui m'habite et que j'adore. Ça fait partie de moi de partager, d'échanger, de transmettre... Donc je n'ai pas envie d'abandonner cet aspect-là. Après, j'ai envie aussi de me donner dans la pâtisserie et je me dis qu'il y a peut-être moyen de faire quelque chose, de fabriquer quelques chose qui se situe aux confins de la transmission et de la pâtisserie. Il y a peut-être moyen de créer un projet autour de ça".

*Qu'est-ce que vous avez préféré dans le MP ?

*Et ce que vous avez moins aimé ? Ou ce qui vous a particulièrement stressé ?

*Qu'est-ce qu'on ressent quand, en finale, Cyril Lignac vous dit : 'C'est peut-être vous qui aviez raison' ? (épreuve de la revisite de la pomme d'amour, dôme en sucre que vous avez décidé de ne pas mettre)

*Dans une compétition comme celle-là, apprend-on de nouvelles choses ? Est-ce que des conseils vous ont particulièrement marqué ?  

*Face à un pâtissier comme Pierre Hermé, qu'avez-vous ressenti ?

*Avez-vous un modèle en pâtisserie ?

*Qu'est-ce que vous aimez le plus faire et manger ?

*Bientôt Noël, à quoi ressemblera votre dessert de fêtes ?

Vos commentaires