En ce moment
 

"Assassin’s creed" pour reconstruire Notre-Dame? l'idée surprenante de Jack Lang (vidéo)

© "C à Vous" Youtube

Invité sur le plateau de "C à Vous" sur France 5 le 16 avril, Jack Lang a fait part de son idée pour réparer la cathédrale Notre-Dame. Selon lui, faire appel aux créateurs du jeu vidéo "Assassin’s creed" serait une solution pour obtenir les détails de l'édifice.

"Ce qui pourrait servir aussi, je l’ai proposé au ministre de la culture (...) c’est de faire appel à une start-up française qui s’appelle Iconem et à Ubisoft (développeur du jeu Assassin’s creed) pour les autoriser à pénétrer dans la cathédrale et à filmer en 3D, comme ils l’ont fait pour Mossoul, Alep et d’autres, pour qu'on puisse avoir au millimètre près le détail des différentes constructions, ce qui faciliterait le travail des restaurateurs", explique l’ancien ministre français de la culture.

Retrouvez l'extrait à la 17ème minute de vidéo:

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

"Il faut fixer un cap"

Mercredi, Lang a salué le délai de cinq ans fixé par le président Emmanuel Macron pour la restauration de Notre-Dame de Paris, l'estimant réalisable, avec une phase de trois ans pour le chantier et l'emploi de matériaux et technologies modernes. "On a entendu qu'il faudra des décennies, et pourquoi pas des siècles. Bravo au président d'avoir résisté à la sinistrose ambiante. Il a totalement raison, il faut fixer un cap, les moyens sont là", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Au milieu d'un climat qui révêtait une forme d'hystérie, j'ai plaidé immédiatement dès lundi soir pour que l'Etat soit pleinement l'Etat et décide d'un plan d'exception pour un monument d'exception avec une procédure d'exception. Il y aura, selon moi, trois ans d'exécution effective" du chantier.

Pour réaliser son projet, M. Macron "devrait créer un établissement public léger, un petit commando avec un général en chef, pour ne pas être encombré de procédures" qui sont souvent longues et complexes, a-t-il recommandé.

"Les travaux qui traînent coûtent plus chers que les travaux rapides", a-t-il remarqué, en se prononçant pour "des technologies nouvelles apportant des solutions nouvelles", notamment pour la charpente, qui, selon lui, ne devrait pas être reconstituée en bois de chêne comme l'ont faite les bâtisseurs du Moyen-Age.

Vos commentaires