En ce moment
 

"La vraie raison de la brouille entre William et Harry, c'est Meghan: elle ne se sentait jamais assez importante"

 
 

Depuis quelques jours nous vous rapportons des extraits du nouveau livre de Robert Lacey, historien et biographe royal qui a écrit l'ouvrage explosif "Battle of Brothers", explorant les raisons qui sont à l'origine du conflit qui existe entre le prince William et son jeune frère Harry, désormais exilé aux Etats-Unis.

L'auteur britannique est apparu dans l'émission Good Morning Britain ce jeudi dans laquelle il a évoqué le couple des Sussex avec l'animateur Piers Morgan, qui est connu pour ne pas porter Meghan Markle dans son coeur.

Selon Robert Lacey, Meghan Markle est la "vraie raison" de la querelle entre le prince William et le prince Harry. Dès le début de la relation que l'actrice a entamée avec son jeune frère, le prince William était d'ailleurs inquiet.

Meghan Markle est devenue ensuite un "problème énorme'' pour la famille royale d'Angleterre parce qu'elle ne se sentait pas suffisamment importante, a déclaré le biographe du prince Harry.

L'homme de 76 ans a déclaré: "Meghan était un énorme problème pour la famille royale. Il est facile de regarder tout cela avec du recul maintenant. C'est une femme autodidacte. Une millionnaire. La seule de la famille royale à avoir gagné son propre argent, à avoir créé sa propre célébrité et qui n'en a pas hérité."

Selon Robert Lacey, le prince William a eu "tout à fait raison" de faire part de ses préoccupations au prince Harry, 36 ans et d'expliquer: "William a eu raison de dire à Harry:"Écoute, c'est un défi que tu apportes à la famille, comment ça va fonctionner?"

Robert Lacey a également affirmé que l'ancienne actrice ne se sentait pas assez "importante" au sein de la famille royale. "Elle voulait plus".

Les parents d'Archie, un an, ont décidé de se retirer de leurs fonctions royales en mars dernier et ont déménagé dans l'Amérique natale de Meghan.

"Aux Etats-Unis, Meghan a ce qu'elle voulait. La célébrité et la vie qui va avec", a conclu l'historien, relayé par le journal du Sun.




 

Vos commentaires