En ce moment
 

Messmer vous hypnotise désormais en réalité virtuelle, mais tout a commencé grâce à des poules et un chien...

Messmer vous hypnotise désormais en réalité virtuelle, mais tout a commencé grâce à des poules et un chien...

Messmer est de passage en Belgique pour promouvoir ses 5 spectacles qu'il donnera chez nous du 10 décembre au 11 juin prochain. Il est revenu entre autre sur ses débuts dans le RTL INFO AVEC VOUS.

Pour Messmer, tout a commencé avec son grand-père qui hypnotisait… des poules ! "Oui. Mon grand-père m'a donné un livre qui est devenu mon grimoire. Alors j'apprenais les techniques d'hypnose. Ce livre était donné aux étudiants qui voulaient être hypnothérapeutes. On parle d'un livre qui date des années 1890 – 1900 ! Mais les techniques de base étaient quand même bonnes pour amener l'hypnose chez le patient. Par la suite, elle a évolué. Mais ça a été pour moi l'élément déclencheur qui fait que je fais des shows aujourd'hui."

Lui, ce ne sont pas des poules qu'il a hypnotisé en premier, mais bien un chien: "C'était le chien du voisin. Par la suite j'ai hypnotisé ma première personne à l'âge de 9 ans. C'était un de mes amis de classe. Et honnêtement j'ai eu peur parce que je ne pensais pas être capable de le ramener à l'époque."

Eric Normandin, de son vrai nom, n'a pas choisi son nom de scène au hasard : "Le nom est venu avec le show. A la base, j'avais envie de percer aux États-Unis et "mesmerise" était le terme pour "hypnotiser". C'est aussi un hommage à Franz-Anton Mesmer, d'où découle le terme "mesmerise". C'était pour séparer la vie personnelle de l'homme de spectacle."


Plus utile à la profession d'hypnothérapeute sur scène que dans un cabinet

Il en est aujourd'hui à 130 000 personnes hypnotisées, et pas qu'en spectacle. Il se dit capable d'hypnotiser par mail, par téléphone, par la radio, "par SMS" ou par la télé. On est bien loin de ses débuts dans un cabinet médical. "Je me sens beaucoup plus utile sur scène à démontrer que ça marche réellement. J'aurais jamais venu 1,3 millions de billets en faisant une conférence sur l'hypnose pour essayer de la faire connaître. Alors avec une mise en scène humoristique où les gens s'amusent, ils essaient de découvrir l'hypnose et je me sens plus utile là. Par la suite, il y a des hypnothérapeutes qui ont des cabinets qui peuvent vous aider, améliorer votre santé. Je me sens plus utile sur scène à montrer que ça marche que traiter une personne à la fois dans mon cabinet."


Aucune crainte à avoir: vous ne serez pas hypnotisé si vous ne le voulez pas

Pourtant, de nombreuses personnes se méfient d'un tel don… qui n'en est pas vraiment un. "Ce n'est pas un don à la base. Ce sont des techniques que j'ai apprises avec les années. J'ai développé des nouvelles techniques pour arriver à hypnotiser des foules entières dans des salles de 3000, 4000 ou 5000 personnes. Alors ça se travaille de jour en jour."

Mais rassurez-vous si vous ne voulez pas être hypnotisé, vous ne le serez pas. Certains ne sont pas hypnotisables: "Il y a une grande part d'inexplicable là-dedans. Moi je le ressens très vite, surtout dans un show comme ça. Je regarde une personne et je le sais. Je fais des tests de réceptivité au début. C'est sur une base volontaire. Vous êtes invités à monter sur scène, ce n'est pas forcé. Alors il y a encore des gens qui ont peur de venir au show parce qu'ils ne veulent pas monter sur scène. Mais ce sont une cinquantaine de volontaires par soir qui décident de vivre l'expérience. Et à la toute fin les scepticismes tombent et là je fais un numéro avec tous les gens du public qui ont envie de le faire et là on va se retrouver avec 300, 500 ou 600 personnes sous hypnose à la toute fin du spectacle."

Dans le cadre de thérapies, il peut cependant contourner les barrières que les gens placent pour ne pas se laisser hypnotiser ? "Il faut le vouloir, c'est sûr que ça va aider. C'est sûr qu'une personne qui se braque, qui ne veut pas, qui monte des murs, ben il y a des techniques pour ça aussi. Mais une fois que vous êtes hypnotisés, là je ne pourrais pas arriver à faire faire tout ce que je veux. Si vous avez des appréhensions, si je vous demande de faire quelque chose qui va au-delà de votre éducation par exemple ou de votre physique, vous allez vous réveiller et vous allez bloquer la suggestion. C'est comme une rêve, ou un cauchemar, si le cauchemar devient trop intense on s'éveille."

La bonne nouvelle aussi, c'est qu'on se réveille toujours en pleine forme… en effet, 15 minutes d'hypnose équivaudraient à 3 heures de sommeil.


Son nouveau spectacle: on découvre ce que les personnes hypnotisées voient dans leurs aventures en réalité virtuelle !

Enfin, son nouveau spectacle innove. Il s'appelle hypersensoriel et promet au public de décupler ses 5 sens. "Je fais 6 représentations par semaine. La technologie m'aide à aller plus loin dans les mises en scène. Je vais démontrer qu'avec l'hypnose on peut par exemple complètement changer le goût d'un aliment. Redécouvrir qu'on peut même se faire influencer par les odeurs. Ça va encore plus loin dans ce spectacle."

Pour cela, il utilise un casque de réalité virtuelle pour hypnotiser les gens. "Je ne suis plus là pour les diriger. Tout se passe dans la réalité virtuelle. La personne voit des images, elle tombe dans un état d'hypnose et elle vit des aventures qu'on lui propose. Et pour la première fois au monde le public va pouvoir comprendre ce qu'une personne dans un état d'hypnose peut ressentir parce que tout ce qui est retransmis dans le casque est retransmis sur les écrans géants derrière. Alors on a ses perspectives à lui, on voit ce qui l'intéresse dans l'aventure hypnotique, ce qui le stimule aussi. C'est une première technologique dans une spectacle d'hypnose."

Vos commentaires