En ce moment
 

Jeremstar: "On m'accuse d'être à la tête d'un réseau de prostitution... Je nie"

Jeremstar:

Une enquête a été ouverte mercredi pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" suite à la diffusion sur les réseaux sociaux d'images à caractère sexuel du chroniqueur TV Jeremstar, selon une source judiciaire confirmant une information du journal 20 Minutes.

Ces derniers jours, un jeune membre très actif de Snapchat a publié dans une avalanche de tweets une vidéo à caractère sexuel où apparaît Jeremstar et des extraits de conversations privées, relayant des accusations graves de détournement de mineur contre un de ses proches, Pascal Cardonna. Jeremstar, de son vrai nom Jeremy Gisclon, a déposé une première plainte lundi avec l'aide de Raquel Garrido, avocate et chroniqueuse avec lui sur C8, qui n'est toutefois pas son conseil.

Il en prépare une deuxième concernant les nouveaux messages publiés depuis, a indiqué son avocate Aude Weill-Raynal à l'AFP. L'enquête ouverte par le parquet de Paris a été confiée à la brigade de répression de la délinquance sur la personne. Ces accusations ont suscité des centaines de milliers de messages sur les réseaux sociaux, selon l'agence Visibrain, sous le mot-clé #Jeremstargate.

Le blogueur s'est parallèlement mis en retrait de l'émission de Thierry Ardisson sur C8 où il est chroniqueur (et à laquelle participe également Raquel Garrido). "D'un commun accord avec Jeremstar", C8 a indiqué dans un communiqué avoir "suspendu son activité à l'antenne", au sein de l'émission "Les terriens du dimanche".


Des "attaques diffamatoires et mensongères"

De son côté, Pascal Cardonna a dénoncé des "attaques diffamatoires et mensongères", et a déposé plainte mercredi "pour diffamation et atteinte à la vie privée" auprès du procureur de la République de Nîmes, a-t-il indiqué à l'AFP. "Ma vie privée n'a rien à voir avec mon personnage (Babybel) sur les réseaux sociaux", a souligné Pascal Cardonna, qui est par ailleurs coordinateur numérique de France Bleu.

France Bleu a indiqué de son côté mercredi qu'elle ne commentait pas les "faits relevant de la sphère privée pouvant impliquer ses salariés". Mais Radio France a demandé à Pascal Cardonna "de supprimer dans le cadre de sa communication privée tout ce qui entretient un amalgame inadmissible entre Radio France, France Bleu, sa direction, ses salariés et sa vie privée". L'intéressé a supprimé son compte Twitter.


"Je suis abasourdi"

Jeremstar s'est fait connaître en publiant à un rythme frénétique des informations sur la téléréalité et des extraits de sa vie sur Snapchat, qui ont fait de lui le Français le plus suivi sur le réseau social. Le chroniqueur a condamné mercredi dans un communiqué la publication de ces photos et la "transe de délation destructrice" de son "cyber-harceleur". Il a également annulé "pour des raisons de sécurité" une date de sa tournée de promotion pour sa deuxième autobiographie.

"Je suis abasourdi par les accusations dont je fais l'objet (...) On m'accuse d'avoir facilité les supposés agissements de Pascal Cardonna. Je nie. On m'accuse d'y avoir participé. Je nie. On m'accuse d'être à la tête d'un réseau de prostitution. Je nie. On m'accuse de m'être adonné avec lui à des orgies. Je nie", a écrit Jeremstar dans un communiqué publié sur Twitter le 17 janvier.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires