En ce moment
 

Camille Lacourt balance sur Valérie Bègue: "Elle était invivable, j'étais imbuvable"

Camille Lacourt balance sur Valérie Bègue:
© Isopix

Dans son livre "Cinquante nuances de bleu", Camille Lacourt parle longuement de son ex-femme Valérie Bègue. Le nageur parle à coeur ouvert de son mariage avec l'ex-Miss France. Ils se sont quittés en 2016 après six ans d'union. "Le 8 août 2013, j'ai épousé Valérie. Un peu trop tard sans doute. Quelque chose entre nous commençait à se fissurer, sans doute nous sommes-nous mariés pour tenter de stopper cette fêlure. Le mariage ne nous a pas sauvés", écrit le sportif dans son autobiographie, dont certains passages ont été relayés par le magazine Public.

Il décrit la mère de sa fille Jazz comme une personne au caractère "explosif". "Elle était invivable, j'étais imbuvable. J'étais malheureux. Elle était malheureuse. (...) Je m'en suis sorti, mais pas mon couple", poursuit l'homme de 33 ans. Ils ont raté leur mariage, mais ils ont réussi leur divorce. L'amour qu'ils ont pour leur fille permet à leur relation de rester saine et amicale. "Il n’y a pas de contrat écrit sur qui doit l’avoir telle semaine (...) Je pense que la plus grande réussite de ma vie pour l’instant c’est d’avoir réussi cet équilibre".


"Je me suis sali là-dedans"

Dans son livre, il raconte également son rythme de vie en 2010, bien avant de rencontrer celle qui deviendra son épouse. Cela se passe juste après avoir remporté trois médailles à Budapest au Championnat du monde. À ce moment-là, il enchaîne les rencontres. "J'ai pensé, je vais faire l'amour avec une fille chaque jour et puis je me suis dit non, deux ! Je vais scorer, mais alors bien, quelque chose d'inoubliable. J'arrive à treize en huit jours", écrit-il.

"On parle souvent de la libido masculine, des don Juan et des maris infidèles. Plus rarement de l'appétit des femmes, des Dianes chasseresses. Je l'ai vu, je l'ai connu et cet appétit m'a parfois terrifié. Je me suis sali là-dedans... Inexorablement, au bout du troisième jour, j'ai senti cette tristesse de la chair sans sentiment... J'ai l'impression que ma vie tourne au porno. Je souris, je mange, je bois, je baise", décrit Camille Lacourt.

Vos commentaires