En ce moment
 

Beyoncé est convaincue que sa fille est "une icône culturelle"

Beyoncé  est convaincue que sa fille est
© BELGA

Beyoncé est toujours en pleine guerre juridique avec une entreprise d'organisation de mariage au sujet du nom de sa fille. La star ne se laisse pas faire, d'après des documents recueillis ce mardi.

En pleine guerre juridique, Beyoncé ne se laisse pas faire pour défendre le nom de sa fille, âgée de 7 ans. La chanteuse et son mari Jaz-Y avait prévu de déposer des droits pour leur nom de leur fille, Blue Ivy, dès sa naissance en 2012. Une action qui a vite débouchée sur un obstacle. En effet, Wendy Morales, organisatrice de mariages possède une société évènementielle spécialisée dans l’organisation de mariages intitulée Blue Ivy depuis 2009. Cette société existait donc 3 ans avant la naissance de l’enfant de la star.

Toutefois, Queen B ne se laisse pas faire. Elle tente par tous les moyens d’obtenir le plus de droits possibles pour le nom de leur fille. D’après des documents officiels obtenus par le site The Blast, Beyoncé aurait une flopée d’arguments contre Wendy Morales. "Morales pense que Beyoncé ne devrait pas être autorisée à labelliser le nom de sa fille Blue Ivy Carter parce qu’elle à une société d’évènementiel du même nom", est-il ainsi écrit dans les documents. Afin de discréditer l’organisatrice, les avocats de Beyoncé souligne que Wendy Morales, ne possède qu’un "petit business, avec seulement trois bureaux régionaux et une poignée d’employés". Tout le contraire de sa fille, qu’elle estime comme étant une "icône culturelle". "Blue Ivy a atteint un niveau significatif de renommée mondiale, très particulier pour son jeune âge. (…) Avec un tel facteur, Blue Ivy Carter pourrait sûrement devenir le visage d’une marque", peut-on ainsi lire.

Par ailleurs, un autre argument est aussi évoqué: "les clients pourraient être perdus entre une société spécialisée dans l’organisation de mariages, et Blue Ivy Carter, la fille de deux des plus célèbres interprètes au monde". Un argument qui est jugé comme "inutile" par Wendy Morales. Celle-ci considère qu’il devrait être refusé dans sa totalité.

Toutefois, il est à préciser que les avocats de la star ont demandé une requête pour le nom de "Blue Ivy Carter" et non pour le simple nom "Blue Ivy". Mais une chose est sûre, Beyoncé n’est pas prête de lâcher l’affaire…

Vos commentaires