En ce moment
 

"On se demande avec qui j'ai couché pour en arriver là": Aya Nakamura dénonce les clichés dont elle est victime

On se demande avec qui j'ai couché pour en arriver là
©ayanakamura_officiel on Instagram

Vous ne la connaissez peut-être pas, pourtant, elle est devenue un véritable phénomène. La jeune Aya Nakamura avec son titre "Djadja", est depuis un an l'une des artistes les plus célèbres de l'Hexagone.

Dans une interview étonnante accordée au Parisien, la jeune femme se confie sur ce succès et mes nombreux clichés dont elle est victime. "Certains se demandent avec qui j’ai couché pour en arriver là. La musique c’est mon métier, c’est toute ma vie, j’écris tous les jours. Je travaille beaucoup depuis cinq ans. Comme d’autres artistes masculins. Mais c’est plus difficile car je suis une femme noire. Pour certains, si j’avais été plus claire de peau, j’aurai pu avoir du succès plus vite", a-t-elle confié au quotidien.

La jeune chanteuse de 23 ans en a également marre qu'on lui parle de l'Afrique. "Certains me collent directement l’image d’une fille qui vient du Mali alors que je vis en France (NDLR : elle est née à Bamako et a grandi à Aulnay-sous-Bois). Je suis fière de mes origines mais on n’est pas obligé de titrer "Aya la Malienne". On m’a proposé dans des shootings photos de faire "la queen africaine" (reine en anglais). C’est quoi encore ce cliché ? Qu’est-ce que tu me racontes la savane ? Je véhicule une fausse image, j’ai grandi dans la rue. Cela passera peut-être avec le temps. Certains n’ont pas l’habitude de voir une femme noire car il n’y en a pas eu beaucoup avec des carrières, et certaines de mes attitudes peuvent surprendre", regrette la jeune femme.

Vos commentaires