En ce moment
 

Brad Pitt se pose à la Mostra avec l'odyssée spatiale "Ad Astra" : "Cela a été le film le plus difficile sur lequel j'ai travaillé"

Brad Pitt se pose à la Mostra avec l'odyssée spatiale

A découvrir

Brad Pitt a atterri jeudi à la Mostra de Venise avec l'odyssée spatiale intime très attendue de James Gray "Ad Astra", dans laquelle il interprète un astronaute à la recherche de son père et qu'il a définie comme son film "le plus difficile".

Décontracté en t-shirt et casquette, l'acteur américain a été accueilli par des fans à sa descente du bateau sur le Lido. Il a signé des autographes, avant de se rendre en début d'après-midi à la conférence de presse du film, qui sera présenté jeudi soir en compétition à la Mostra en avant-première mondiale.

A la fois acteur principal et coproducteur du film, Brad Pitt y incarne l'astronaute Roy McBride, envoyé en mission top secrète jusqu'aux confins du système solaire à la recherche de son père (Tommy Lee Jones), disparu seize ans auparavant au cours d'une expédition. Il apprend que son père serait peut-être en vie et pourrait l'aider à lever un mystère qui menace la planète.

Brad Pitt joue souvent seul dans ce septième long métrage du réalisateur de "Little Odessa", où le spectateur suit ce qu'il se passe dans la tête de son personnage.

"Ca a été le film le plus difficile sur lequel j'ai travaillé, parce que cette histoire que James a imaginée est vraiment délicate", a souligné l'acteur de 55 ans au cours de la conférence de presse.

"C'était un effort constant" pour essayer de déployer "ce récit de façon très subtile et délicate", a-t-il ajouté.

"Masculinité" 

L'acteur de "Fight Club" et "Inglourious Basterds" a expliqué avoir réfléchi avec James Gray à la question de la "masculinité" dans ce film, à travers la relation entre le fils et son père.

"Rétrospectivement, quand on réfléchit à nos conversations, le sujet que nous creusions, sans vraiment le nommer, était cette définition de la masculinité".

"Comme nous avons grandi à une époque où on nous a appris à être forts, à ne pas montrer notre faiblesse", a-t-il dit, "je crois que nous posions la question: est-ce qu'il y a une meilleure définition pour nous, est-ce que d'être plus ouvert permet d'avoir une meilleure relation avec ceux que l'on aime ?"

Se glissant dans la combinaison spatiale d'un astronaute après d'autres acteurs américains - de Matt Damon dans "Seul sur Mars" à George Clooney dans "Gravity" -, Brad Pitt a expliqué en plaisantant que "jouer dans un film dans l'espace était un peu comme jouer dans une pièce de Peter Pan, suspendu à des fils".

Il a ajouté ne pas avoir été convaincu par la vie dans l'espace, qu'il a trouvée à travers ce film "inhospitalière" et "solitaire", et avoir "échangé avec George (Clooney) des histoires sur l'inconfort" de cette expérience.

"Je suis beaucoup plus à l'aise dans la nature, je me sens en paix à l'extérieur et entouré d'amis".

James Gray a souligné de son côté avoir voulu faire avec "Ad Astra" un film sur l'intimité d'un homme car, a-t-il dit, "du minuscule vient l'universel".

Le réalisateur de "The Lost City of Z" a dit avoir été influencé notamment par des références littéraires, comme "Au coeur des ténèbres" de Joseph Conrad et "Moby Dick" d'Herman Melville.

Vos commentaires